Un autre regard sur la sexualité par Yves Philippe de FRANCQUEVILLE

Un autre regard sur la sexualité par Yves Philippe de FRANCQUEVILLE

parler HOMOSEXUALITÉ aux enfants : C. Le fonctionnement affectif de l’humain ?

© Dossier sur la sexualité écrit par Yves Philippe de Francqueville, pirate des mots et philanalyste. Tous droits réservés.

 

 

 

Le fonctionnement affectif de l’humain ?

 


Je pense que l’être humain fonctionne dans sa vie relationnelle en un cycle évolutif qui se construit à chaque moment de sa vie. Il se renouvelle continuellement et peut se vivre merveilleusement s’il est bien compris. Nous allons essayer de l’expliquer étape par étape.

Il y en a trois dans mon étude.

 

 

Première étape

Je la nomme la phase narcissique :

C’est lorsque tu découvres seul(e) ton corps, que tu apprends à le connaître et à l’aimer : ton visage, tes yeux, tes bras, comme tes jambes, ton ventre comme ton sexe… Voilà un temps très important chez l’être humain. Ce corps en entier c’est toi, et il est a toi. Chaque jour de ta vie, il sera important de le réapprendre parce qu’il change toujours, tous les jours.

Tu dois savoir régulièrement te regarder nu, entièrement, dans la glace. Il est très important d’avoir de grands miroirs à la maison… dans la salle de bain, mais aussi dans ta chambre.

Dans cette phase, j’utilise le prénom de « Narcisse », en souvenir d’un héros très beau de la mythologie grecque. Il s’aimait sincèrement, et les dieux ont voulu le punir, hélas !

Pas de punition pour toi…

Tu prends petit à petit conscience, que ce corps ne vit pas tout seul : il est parfois en guerre avec ta raison lorsque tu l’obliges à s’abîmer en mangeant ou en buvant n’importe quoi, lorsque tu refuses de le laisser se reposer quand il est fatigué… Et oui, ton corps te parle très souvent et tu ne l’écoutes peut-être pas assez ?

Il y a aussi le cœur qui te parle. En lisant le « Petit Prince » de Monsieur Antoine de SAINT-EXUPÉRY, tu comprendras qu’il ne faut surtout pas oublier cette partie de toi-même, qui te fait décider d’être heureux ou de perdre espoir… Cet écrivain pilote et aventurier écrivait que « l’on voit bien surtout avec le cœur », et que « l’essentiel est peu visible avec les yeux ».

Lorsqu’il y a la découverte puis la recherche du plaisir avec ton sexe, cela se nomme la masturbation (plaisir avec la main) mais l’on est aussi heureux en se frottant dans ses draps, avec l’eau de la douche, le grimpé de corde et mille et un autres jeux d’initiation.

Tu apprends donc à aimer tout ton être, tu te réconcilies avec toi… pour être en paix, et alors tu entres dans la deuxième phase.


 

Deuxième étape

Je la nomme la phase homophile :

Filles, garçons, nous sommes proches tout en présentant de multiples différences. Il y a tout d’abord le corps qui n’est pas le même… mais tu ne dois pas oublier que la manière de penser, d’aimer, de vivre, des hommes et des femmes n’est pas du tout identique.

Parler d’égalité entre les hommes et les femmes est une grosse bêtise des « binaires ». Il serait plutôt préférable de se considérer dans l’accueil des différences : le fait de tout mettre en œuvre pour que chacun soit respecté et apprécié dans son intégrité.

Avant d’aller vers la personne de l’autre sexe — naturellement — tu vas te diriger vers celle qui te ressemble. C’est pour cela que cette étape s’appelle homophile : qui aime le même.

C’est très important de vivre cela et tu verras que très souvent, enfant comme adulte, tu éprouveras naturellement le besoin de rencontrer celle ou celui qui te « ressemble », pour te rassurer et te comprendre sur la fille ou le garçon que tu es.

Dans cette phase, tu partages tes jeux, tes histoires, tes sentiments et parfois le corps prend aussi une réelle dimension de rencontre. Lorsque cela se situe au niveau de la compétition sportive, il ne dérange pas trop ton esprit, mais c’est aussi ton sexe qui peut te « parler » !

Filles… garçons… le sexe est si différent que, naturellement, après avoir découvert le tien, tu as besoin de te comparer avec des êtres comme toi, qui grandissent comme toi !

La femme et l’homme adultes ont toujours dans leur vie, besoin de se comparer afin d’être plus vrais, plus heureux, dans la troisième phase que je vais t’expliquer maintenant.

 

 

Troisième étape

Je l’appellerais la phase hétérophile :

C’est aimer le différent.

Cette situation peut se vivre dans de bonnes conditions, lorsque les deux étapes précédentes sont bien comprises et bien vécues, mais elle reste certainement la plus complexe.

Lorsque tu es bien dans ton corps, ton esprit, ton cœur ; lorsque tu sais que ceux qui te ressemblent t’aiment ; alors tu es libre d’aller à la rencontre de celui ou de celle qui n’est pas comme toi.

 

C’est difficile d’aimer l’autre lorsque l’on ne s’aime pas.

 

C’est difficile aussi de rencontrer quelqu’un qui est différent de nous. Surtout lorsque l’on ne se connaît pas. Aussi cette étape peut être très mal vécue, lorsque ceux qui nous ressemblent ne nous ont pas donné la certitude que nous allons bien, que nous sommes à la fois différents et uniques… et « comme tout le monde » !

Lorsque tu as su franchir les deux premières étapes, alors la troisième — la plus difficile certainement — s’offre à toi.

Ne crois pas celles ou ceux qui te disent qu’il est facile d’aimer quelqu’un de l’autre sexe.

 

Ensuite, chaque jour, les trois étapes peuvent se renouveler.

 

 

Vers la quatrième partie :

On développe un peu…

 

 

 

Sommaire :

 

A. Présentation

B. Dis papa, dis maman… c’est quoi un pédé ?

C. Le fonctionnement affectif de l’humain ?

D. On développe un peu…

E. Plaisirs et dangers…

F. En conclusion pour le quotidien…

G. Le petit lexique adapté !

 

 

 

 

 

 

 

© Dossier sur la sexualité écrit par Yves Philippe de Francqueville, pirate des mots et philanalyste. Tous droits réservés.


Auteur : Yves Philippe de Francqueville 

 



11/05/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres