Un autre regard sur la sexualité par Yves Philippe de FRANCQUEVILLE

Un autre regard sur la sexualité par Yves Philippe de FRANCQUEVILLE

Sexualité et homosexualité : E. Parlons sexe

 © Dossier sur la sexualité écrit par Yves Philippe de Francqueville. Tous droits réservés. 

 

 

 

 

Parlons sexe :


 

1. Les goûts et les couleurs.

 

Le fait d’aimer demande le respect. Il n’y a pas de faute de goût… seulement un droit à la différence.

Les êtres sont à même de préférer la compagnie qui leur convient et nous devons accueillir leur liberté de choix.

La pratique sexuelle des autres ne nous regarde pas… Sous réserve de mise en danger de l’intégrité d’autrui.

Le péril est grand aujourd’hui de vouloir cataloguer les femmes et les hommes dans des catégories sexuelles définies. Le but principal est, bien entendu, économique, politique et religieux.

Nous sommes tous narcissiques, tous homophiles, tous hétérophiles. Notre vie est liée à la pratique paisible ou non de nos rencontres.

Chez les êtres libres et évolués, les amours d’enfants ou adolescentes sont souvent merveilleuses et restent généralement de très beaux souvenirs… Il est très important de ne pas négliger la part de la sexualité active dans chacune des étapes de la vie. Pour les amours adultes, jusqu’à la mort, les phases de rencontres et la sexualité qui en découlent construisent des vies harmonieuses.

Pour des unions homophiles, il ne faut pas oublier, en raison de la « mère nature », que celle qui vit avec une femme, le plus souvent a besoin pour achever son cycle animal de vivre des temps hétérophiles. C’est la même situation pour l’homme qui vit avec un homme : il peut dans sa vie sexuelle avoir besoin de rencontrer une femme et l’aimer. Cela ne change en rien leurs goûts préférentiels pour les êtres du même sexe.

 

2. Parlons sexe maintenant.

 

Notre société a légiféré sur l’âge à partir duquel le sexe est autorisé, alors que l’organe est bien vivant dès sa conception. La petite fille, le jour de sa naissance se masturbe lorsqu’elle trouve son sexe de la main (si bien sûr, une personne charitable ne la lui ôte pas).

Le petit garçon est en érection lorsqu’il tète le sein de sa mère pour la première fois.

Où se situe le plaisir : de sucer sa mère ? de se nourrir ? de trouver ça bon ?

Tout cela probablement en même temps, et la reproduction n’est pas encore active dans le corps de l’enfant, déjà sexué cependant.

Le code de bonne conduite veut que le corps de l’homme soit protégé du regard du monde, en particulier son sexe, comme attribut de honte ou sacré (c’est presque pareil). Celui de la femme par contre, est le plus souvent exhibé, étalé, pour n’exister que comme objet.

Une personne en érection est une abomination télévisuelle (sauf lorsque cela se paye fort cher sur des chaînes privées)… Il serait préférable pour TF1, de visionner le film « Atomic Circus » avec Vanessa Paradis en prime time. Cela serait moins choquant que de fixer dans les cerveaux de son public le membre viril de l’homme ! Mais pourquoi ce bout de chair, à l’état libre dans le monde animal, serait moins présentable qu’une paire de seins exhibés « naturellement » à tous coins de rue ? Pourquoi la femme-objet ?

Il n’y a pas de respect pour le corps de la femme.

Si vous voulez tout savoir, il y a des milliers de livres pour vous expliquer ou vous montrer les sexes sans réellement répondre à vos questions, hélas. Je vous donnerai cependant quelques mesures que l’on dévoile rarement : un pénis américain en érection mesure en moyenne 13,8 cm, contre 14,2 cm pour les Espagnols et 15,1 cm pour les Français (sources américaines de 1999).

Quant à la taille « classique » d’un sexe masculin au repos, il n’y en a pas ! Tout dépend de l’humeur, de la température et de vos désirs. La statuaire Grecque présente des hommes magnifiques avec un sexe qui reste très modeste.

En tant que mâle adulte, si vous possédez un pénis en érection entre 14 et 16 cm, vous êtes dans la moyenne. Vous pouvez le montrer ou non ; il est raisonnable. De 9 à 13 cm, vous avez un petit sexe, mais il est de taille suffisante pour avoir du plaisir et en donner. Il n’y a pas de réussite dans la chirurgie esthétique. N’oublions pas qu’un pénis a sa taille adulte à 28 ans. Jusqu’à ce jour, puisque c’est aussi lié à l’état psychologique de l’homme, il lui est possible de gagner quelques centimètres grâce à un suivi analytique sérieux.

 

Quelle que soit la taille de vos seins ou celle de votre pénis, c’est à vous de décider ce que vous en vivrez pour votre plaisir… à partager !

 

Si vraiment vous pensez toujours avoir un trop petit sexe pour être heureux, il y a un grand nombre de parades plus ou moins déviantes comme : faire de la politique, abuser de tout pouvoir sur les plus fragiles, être chef d’entreprise tyrannique en exploitant le faible… opter pour le voyeurisme dans le journalisme… ou encore faire usage de drogues quelconques pour tenter de restaurer votre virilité, ou d’en oublier son absence.

 

 

 

Vers le chapitre F :

La sexualité dans nos trois espaces de vie

 

 

 

Sommaire :

A. Petite introduction

B. Pourquoi ne plus parler d’homosexuels ?

C. Les trois phases sexuelles

D. La sexualité dans les trois phases

E. Parlons sexe

F. La sexualité dans nos trois espaces de vie

G. En conclusion

 

©Yves Philippe de FRANCQUEVILLE.

 

 © Dossier sur la sexualité écrit par Yves Philippe de Francqueville. Tous droits réservés.

 Auteur : Yves Philippe de Francqueville 



13/05/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres